:






Postes et tlgraphes






Je descendis la station de Baisemoy-en-Cort, o mattendait le dog-cart de mon vieil ami Lenfileur.

 

Dans le train, je mtais aperu dun oubli impardonnable (vritablement impardonnable) et ma premire proccupation, en dbarquant, fut de me faire conduire au bureau des Postes et Tlgraphes, afin denvoyer une dpche Paris.

 

Le bureau de Baisemoy-en-Cort se fait remarquer par une absence de confortable qui frise la pnurie.

 

Dans une encre dcolore et moisie, mais boueuse, je trempai une vieille plume hors dge et je griffonnai, grand-peine, des caractres dont lensemble constituait ma dpche.

 

Une dame, plutt vilaine, la recueillit sans bienveillance, compta les mots et mindiqua une somme que je versai incontinent sur la planchette du guichet.

 

Jallais me retirer avec la satisfaction du devoir accompli lorsque japerus dans le bureau, me tournant le dos, une jeune femme occupe manipuler un Morse[1] fbrilement.

 

Jeune ? probablement. Rousse ? srement. Jolie ? pourquoi pas !

 

Sa robe noire, toute simple, moulait un joli corps dodu et bien compris.

 

Sa copieuse chevelure, releve en torsade sur le sommet de la tte, dgageait la nuque, une nuque divine, dambre clair, o venait mourir, trs bas dans le cou, une petite toison dlicate, frise insubstantielle, on et dit.

 

(Si on a du poil lme, ce doit tre dans le genre de cette nuque-l).

 

Et une envie me prit, subite, irraisonne, folle, dembrasser pleine bouche les petits cheveux dor ple de la tlgraphiste.

 

Dans lespoir que la jeune personne se retournerait enfin, je demeurai l, au guichet, posant la buraliste des questions administratives auxquelles elle rpondait sans bonne grce.

 

Mais la nuque transmettait toujours.

 

la porte du bureau, mon ami Lenfileur simpatientait. (Sa petite jument a beaucoup de sang).

 

Je men allai.

 

Ce serait me mconnatre trangement, en ne devinant point que le lendemain matin, la premire heure, je me prsentais au bureau de poste.

 

Elle y tait, la belle rousse, et seule.

 

Cette fois, elle fut bien force de me montrer son visage. Je ne men plaignis pas, car il tait digne de la nuque.

 

Et des yeux noirs, avec a, immenses.

 

(Oh ! les yeux noirs des rousses !)

 

Jachetai des timbres, jenvoyai des dpches, je menquis de lheure des distributions ; bref, pendant un bon quart dheure, je jouai au naturel mon rle didiot passionn.



 

Elle me rpondait tranquillement, posment, avec un air de petite femme bien gentille et bien raisonnable.

 

Et jy revins tous les jours, et mme deux fois par jour, car javais fini par connatre ses heures de service, et je me gardais bien de manquer ce rendez-vous, que jtais le seul, hlas ! me donner.

 

Pour rendre vraisemblables mes visites, jcrivais des lettres mes amis, des indiffrents.

 

Jenvoyai notamment quelques dpches des personnes qui me crurent certainement frapp dalination.

 

Jamais de ma vie je ne mtais livr une telle orgie de correspondance.

 

Et chaque jour, je me disais : Cest pour cette fois ; je vais lui parler ! .

 

Mais, chaque jour, son air srieux me glaait et au lieu de lui dire : Mademoiselle, je vous aime ! je me bornais lui balbutier : Un timbre de trois sous, sil vous plat, mademoiselle !

 

La situation devenait intolrable.

 

Comme ma villgiature tirait sa fin, je rsolus dincendier mes vaisseaux, et de risquer le tout pour le tout.

 

Jentrai au bureau et voici la dpche que jenvoyai un de mes amis :

 

Coquelin Cadet, 17, boulevard Haussmann, Paris.

 

Je suis perdument amoureux de la petite tlgraphiste rousse de Baisemoy-en-Cort.

 

Je mattendais, pour le moins, voir se roser son inoubliable peau blanche.

 

Eh bien, pas du tout !

 

De son air le plus pos, elle me dit ces simples mots :

 

Quatre-vingt-quinze centimes.

 

Totalement affal par ce calme imprial, je me fouillai (sans jeu de mots) pour solder ma dpche.



 

Pas un sou de monnaie dans ma poche. Alors je tirai de mon portefeuille un billet de mille francs.[2]

 

La jeune fille le prit, lexamina soigneusement, le palpa

 

Lexamen fut sans doute favorable, car sa physionomie se dtendit brusquement en un joli sourire qui dcouvrit les plus affriolantes quenottes de la cration.

 

Et puis, sur un ton bien parisien, et mme bien neuvime arrondissement, elle me demanda :

 

Faut-il rendre la monnaie, monsieur ?

 



mylektsii.su - - 2015-2021 . (0.019 .)